dans la série
ma vie
c'est de
la merde
aujourd'hui
j'étais
carrément bon
tu vois
j'étais
pour ainsi
dire
au top
de la loose
je remontais
ménilmontant
et commençais
à ressentir
les effets
de ma dernière
résolution
pourrie
en date
[tenter
de vaincre
l'écoeurement
sexuel
par l'abstinence
prolongée]
et alors
c'était bizarre
j'avais
un noeud
dans la gorge
et je ressentais
l'envie
d'avoir
un corps
chaud
et aimant
contre moi
juste blotti
et immobile
quelqu'un
que j'aurais
envie
de serrer
plutôt
que de pénétrer
tu vois
c'était
un peu chouette
comme truc
mais aussi
pas mal
triste
parce que
je pensais
à celles
que j'ai déjà
eu envie
de serrer
et que j'ai
finalement
larguées
comme
des merdes
[sous le joug
sans doute
d'une résolution
pourrie
de l'époque]
et alors
voilà
j'ai garé
la voiture
il était
19h54
et j'étais
à l'instar
d'un labrador
à la SPA
seul au monde
avec beaucoup
d'amour
à donner
et puis là
j'ai vu
une silhouette
qui s'éloignait
avec fluidité
et qui semblait
m'appeler
rien qu'en
se mouvant
de cette manière
indescriptible
mais familière
alors
j'ai couru
comme
le labrador
après un bâton
et je suis
arrivé
à sa hauteur
au moment
où elle
digicodait
et elle
s'est retourné
vers moi
et elle
m'a sourit
très large
et elle était
plus belle
que tous
mes rêves
et je voulais
lui demander
de se blottir
contre moi
cette nuit
et toutes
les autres
nuits
mais
je te jure
je me suis
contenté
de bafouiller
ha heu
pardon
je t'ai pris
pour une autre
désolé
je t'ai suivi
pour rien
et alors
je ne pensais pas
que c'était
possible
elle a souri
encore
plus large
un vrai
sourire
pas un machin
poli
putain
je n'avais
jamais
vu ça
et je savais
que le moment
allait s'arrêter
que j'étais
un putain
de lâche
et qu'il fallait
que je profite
du truc
MAINTENANT
mais j'ai
simplement
ajouté
tu habites ici
heu
j'habite
juste en face
j'espère
qu'on se
recroisera
et là
elle a croqué
dans la baguette
qu'elle ramenait
du monop
et elle a
poliment
attendu
avant de
s'engager
dans le hall
d'être
bien sûre
que je n'avais
aucune autre
PUTAIN
DE CONNERIE
du même genre
à ajouter
et même
quand j'ai
tourné
les talons
elle était
ENCORE LA
c'est à dire
que je POUVAIS
ENCORE
me retourner
et lui exposer
de manière
séduisante
mes projets
de promiscuité
nocturne
comme
je l'ai fait
des milliards
de fois
avec mon air
faussement
timide
machin
le problème
c'est que là
j'étais
VRAIMENT
TIMIDE
et donc
que j'avais
sans doute
l'air d'un
PUTAIN
DE GROS CON
alors voilà
je suis rentré
renonçant
ainsi
à regarder
quelle fenêtre
de l'immeuble
allait s'allumer
lorsqu'elle
se retrouverait
chez elle
je l'ai imaginé
un instant
jeter le sac
monoprix
sur la table
en appuyant
sur le bouton
du répondeur
manger seule
sa salade
et même
se coucher
avec l'envie
d'un corps
chaud
et aimant
contre elle
juste blotti
et immobile
j'ai fermé
les yeux
5 secondes
j'ai retenu
mes larmes
et puis
j'ai regardé
avec toute
la rage
dont je suis
capable
ma grosse
gueule
de blaireau
dans le miroir
de l'ascenseur





retour